English Français

Vendanges 2005

Ca y est, la vendange est rentrée, les jus de raisins ont fini de fermenter, les macérations sont suffisantes, les cuvées sont écoulées et mises en barriques ou en cuves closes pour être élevées.

Déjà le mois de Novembre s’annonce, les feuilles des vignes sont multicolores , les pluies de ces dernières semaines et la température très douce de cette fin de mois d’Octobre, n’allez pas y voir un quelconque réchauffement climatique , c’est fréquent dans nos régions, ont permis aux graines de germer et le sol des vignes est couvert d’un beau gazon vert .

Il n’y a pas de mauvaises herbes quand le sol gère lui-même sa couverture. Ce n’est que la main de l’homme qui génère des perturbations dans l’œuvre naturelle.

Un léger vent, un peu plus «frisquet» fait s'envoler nos belles feuilles jaunes ou rousses, Dans quelques temps mon paysage familier va perdre sa parure, juste le temps d’un peu de vague a l’âme, la chanson de Barbara « Dit, quand reviendras-tu » ou plus classique « les sanglots longs etc ».

Le paysan ne se laisse pas attendrir par ce que la nature lui apporte tous les jours, car il sait bien qu’elle est la plus forte, que face à l’éternité, l’homme n’est rien, le combat que mène ce thaïlandais en semant le riz nécessaire à la subsistance de sa famille est le même que ce vigneron qui se bat pour élaborer un vrai produit de terroir susceptible de trouver une clientèle qui le lui achètera, il pourra ainsi faire vivre sa famille, et que pour une raison quelconque (tremblement de terre, cyclone, ou orage de grêle ) leur récolte soit détruite.

Les mêmes causes produiront les mêmes effets et c’est la nature pour une raison indéterminée (« réflexion » et si tout était déterminé à l’avance «/réflexion ») , qui va rendre heureux ou malheureux cet homme totalement dépendant de l’écosystème auquel il est étroitement lié.

Ce paysan, comme le braconnier, sait par atavisme préserver un certain équilibre biologique de la terre à laquelle il arrache sa subsistance, comme le braconnier il sait préserver ce qui lui permettra à lui et à sa descendance de prélever la part qui lui revient grâce à son travail.

Je ne suis pas sur que l’agriculteur de demain « cultive » les mêmes valeurs ? Même, comme ne vont pas manqués de penser certains , il n’est pas question de revenir à l’age de la pierre : une logique plus raisonné de prélèvement pour éviter d’épuiser les sols serait de bon aloi. Que restera t il de l’oeuvre que tout un chacun a la prétention de léguer à la postérité, dans cent ans …Rien.. L’éternité « disaige » !!!!!!!!!

Rédigé parAndré Moulière -  mardi 01 novembre 2005 à 18:37
Connaitre Sigalière :: #22 :: Fil RSS des Commentaires

 ,  ,  ,  ,  

Trackbacks

Aucun trackback

Trackback are closed for this post

Commentaires

Aucun commentaire pour le moment.


Ajouter un commentaire

Les commentaires pour ce billet sont fermés.

Production du Domaine
Calendrier
« novembre 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
282930
Langues
  • en
  • fr
  •  
    Liens
     
     
    Propulsion

    Dotclear