English Français

mercredi 29 novembre 2006

Paysan d'antan.  ::  Les 4 saisons du vigneron

J'aurai voulu te dire combien ils étaient beaux , les chevaux qui jadis nous tiraient le Landau, le son de leurs clochettes encore dans les oreilles , me fait presque oublier le goudron qui avance et le béton qui gagne , isolant un peu plus le citadin des champs
On voit de moins en moins , marchant sur le trottoir,le pas lourd et compté de l'homme de la terre, levant le pied trop haut, ne marchant pas tres droit, le regard affairé, perdu dans la citée.
Il aurait tant à dire , mais vous ne l'écoutez,quand il souhaite la pluie , le soleil vous vat mieux , et le jour qui se lève à des heures indues , pour vous faire plaisir ,il accorde sa montre et s'en vat travailler au zénith du soleil !!
A force d'adaptations , le crotin du cheval n'engraisse plus la terre, le paysan accepte de changer de statuts, agriculteur il est , et c'est sa proféssion, du haut de son engin ,il domine son champ indemne de toute fleur, désormais ne fleurissent les coquelicots, pas plus qu'il n'y a de place à la beauté des choses , le réve et le plaisir deviennent compliqués.
Productivisme est Roi, Bruxelles dicte sa loi.

Paysan, en perdant la racine t'inscrivant dans les beaux paysages,une page se tourne , tu es Agriculteur, et moi, dans mon pays je puise ce qui fait de moi un homme libre , Paysan je demeure et met dans la bouteille que demain vous boirez , l'expression d'un terroir, un vin de vigneron , il ne sera pas fait pour avoir des médailles ni d'articles ronflants , d'autres savent le faire et le font mieux que moi, il n'y aura pour vous plaire, dans le verre ou se mire la sylve et la garrigue, que le suc du socle aride que puisent les racines pour vous interpréter l'hymne à la nature dans sa simplicité, en heurtant le palais, doucement dans la bouche il vat se libérer, l'oeuvre de la nature est!!;, la foi du paysan y a contribué.

Auteur : André Moulière @ 11:17