English Français

samedi 29 juillet 2006

Le poids des mots - le choc des photos  ::  G√©n√©ral

Je suis retombé par hasard sur le DVD-MONDOVINO et les commentaires de Sandrine Marques qui y fait une analyse circonstancier de ce film documentaire de Jonathan Nossiter.
La même sensation de gêne que j'avais en sortant de la premiere diffusion en Languedoc du film, les commentaires vont bon train ou apparemment le méssage n'est pas perçu de façon unanime par l'ensemble des invités .

J'ai surement trop focalisé mon attention sur la caricature faite de R Parker et de M Rolland, si cette caricature est nécessaire pour bien mesurer l'antagonisme qu'il y a entre les vins issus du marketing et les vins de simples vignerons ne sachant exercer que leur métier qui est de mettre dans la bouteille qu'ils produisent l'expréssion du terroir qu'ils cultivent,elle est tellement appuyée qu'elle me met mal à l'aise pour les deux représentants du monde de l'argent à tout prix, je ne peux pas croire que ces deux hommes donnent dans ce film le reflet qu'ils sont dans la vie.>

Si la particule des "DE" Montille me dérange "un petit peu", c'est assurément Mr Hubert qui retient mon adhésion et avec sa fille on comprend que la tradition des vins de vignerons sera perpétuée, le fils me semble moins en phase, sans doute le besoin de la jeunesse de s'affirmer, mais quelle belle leçon de communication avec des gestes que nous donne le père De Montille en parlant des vins "Droits".

Il faut parler de notre Languedocien , Aim√© Guibert, c'est un presque voisin , il maitrise parfaitement l'art de la communication, et on ne peu qu'adh√©rer √† sa d√©finition de "l'√Ęme" du vin quand il dit:"Le vin,c'est une relation quasi religieuse de l'homme avec les √©l√©ments naturels , avec l'immat√©riel, c'est un m√©tier de po√®te de faire un grand vin".

Je ne le suis pas quand il termine par 'le vin est mort", car même si les poètes du vin sont en voie de disparition et que je n'ai pas de réponse tranché à cette affirmation, un peu comme le vigneron sent certaines choses dans son vignoble ou dans l'évolution de son vin, je crois que les marchands du temple nous préparent l'avenir en faisant découvrir leur breuvage standardisé, comme l'ennui né de l'uniformité, les nouveaux consommateurs auront envi de découvrir autre chose que des produits coca-cola.

Dans son analyse sur"cepdivin.org" dans "www.plume-noire.com" ="fr">Sandrine Marques termine en faisant allusion aux invasions barbares , en Languedoc nous sommes bien placés,certaines invasions nous ont même insuflé leur culture, ce n'est pas l'arrogance d'un cigare brandi comme un signe de réussite,ou la "délicatesse" d'un pet du chien du gourou de la dégustation qui me semble dangeureux mais la propension du public à adhérer à l'influence médiatique du moment

Auteur : André Moulière @ 18:22



mardi 25 juillet 2006

Juillet en Languedoc  ::  Les 4 saisons du vigneron

Brulé par le soleil, la terre se craquelle
L'herbe, honnie de l'agriculteur, vénérée du berger, devra attendre que le ciel se charge de nuages et répande sur le sol l'eau salvatrice qui fera éclore les graines essaimées pour perpétuer l'espèce.

Ecrasé sous la chaleur, la vigne s'organise pour résister.
Du plus profond que la nature du sol le permet, les racines alimentent les vieux ceps qui en ont vu bien d'autres .

Regardez cette vielle souche bien camp√©e sur ses trois bras que forment son gobelet, les sarments , tendrement recourb√©s, prot√®gent de la br√Ľlure les maigres grappes qu'elle a eu la sagesse de produire , l'ombre qu'elle projette sur le sol limite le dess√®chement et telle une m√®re poule, elle conduira √† son terme une fois encore , ses beaux mais rares raisins.

Son jeune voisin , le plantier de trois ans , a bien du mal pour survivre , l'exub√©rance de la jeunesse , l'app√Ęt du gain du viticulteur , lui ont fait produire trop de raisins , il est d√©ja trop tard pour la vendange en vert, d√©ja les feuilles jaunissent et tombent entamant dangereusement son capital qualitatif.

Notre vieux Grenache septuagénaire qui a résisté à bien des hivers rigoureux , à des étés torrides, aux différentes modes de technitiens soucieux de justifier un salaire , il a été critiqué quand il fallait beaucoup produire , il l'est maintenant car trop chaleureux , du haut de ses soixante dix et quelques années de nourice, il toise ce tout jeune , bien mal barré pour produire ce qu'il est capable de produire , un vin de terroir.

Auteur : André Moulière @ 18:08



samedi 15 juillet 2006

Que la France est belle vue du ciel !!  ::  G√©n√©ral

L'étape du tour de France passe tout prés de notre vignoble , et le téléspectateur peut apprécier l'étendue de l'arriere pays Languedocien

Ce paysage couvert de chênes verts (l'yeuse), avec les carrés de vignes intégrés dans la nature originelle, les couleurs de la roche calcaire qui affleure partout sur ces premiers vallonnements des Cévennes .
Les ocres des argiles de d√©sagr√©gation font de ce secteur entre Provence et Languedoc, les pieds dans la mer M√©diterran√©e, la t√™te dans les montagnes C√©venoles, un terroir magnifique pour la vigne ,et , le verre √† la main,le d√©gustateur retrouvera la typicit√© des produits , la chaleur et les ar√īmes de ces paysages pr√©serv√©s , et si il √©coute bien , du fond du verre , lui montera le crissement des cigales qui lui communiqueront leurs soifs de soleil et le souvenir des vacances .

Merci à Gérard Holtz pour cette petite halte sur notre terroir et même si je n'ai pas retrouvé la légendaire réserve des Cévenols chez celui qui disait en étre un ,ce braillard n'enlève rien au clin d'oeil que nous fait Jean Boyer en digne représentant des vignerons de Carnas.

Vive le tour , et vive le vin!!
(du Languedoc)

Auteur : André Moulière @ 17:03



dimanche 09 juillet 2006

Les Estivales de Montpellier - C'est Parti !!  ::  Les 4 saisons du vigneron

Hier soir, inauguration de la premiere des estivales 2006.

Dans une ambiance flamenco, moulé dans leur robe Sévillanne, l'ondulation des corps et le déhanchement des Andalouses captive les regards et contribue à créer une atmosphère chaude,tres chaude.

Les vignerons du languedoc étaient de la fête et les vins blanc servis avec les fruits de mer, les jus rosés servis tres frais , les rouges chaleureux n'ont pas contribué à rafraichir l'atmosphère.

Dans cette ambiance de début de vacances, un public de tous les horizons ,l'alchimie de la musique et du vin crée un climat propre à rapprocher les gens et leur permet de communiquer.

Les voix des chanteurs Ibériques, les accords des guitares multipliés par la "sono" n'empêchent pas les discutions de s'engager,et même si je suis obligé de faire répéter les questions qu'on me poses, les groupes se constituent pour déguster et comparer les vins , si bien que je me suis retrouvé à une heure du "mat" avec des gens qui veulent déguster du Sigaliere et de l'autre coté , le personnel de service qui veut démonter le stand ou je suis installé." dur dur d'avoir les joues rouges et la barbe blanche "!!.

Je voudrais saluer de façon plus précise ce vigneron Américain en vacances en Languedoc, je regrette que notre poignée de main de paysan du Monde ne soit pas immortalisée par une photo et j'espére l'avoir reçu comme il se doit dans ces circonstances particulieres et que la bouteille qu'il dégustera de retour dans son vignoble lui rémémorera cette soirée de fête empreinte de notre culture Méditérranéenne

Auteur : André Moulière @ 11:38



lundi 03 juillet 2006

Savoir ou pouvoir transmettre  ::  Les 4 saisons du vigneron

Sans raison apparente , régulierement, me viennent à l'esprit les questions sur la pérennité du travail que j'ai accompli.
Les vieux " de quand j'étais jeune " ,disaient qu'il fallait une vie pour créer une structure viticole (production et commercialisation), une vie pour consolider son actif et qu'en général la troisieme génération mangeait le capital.

C'est en travaillant le pied des jeunes plants de Syrah, arrosés la semaine derniere, le manche de ma "Sape" fermement enpoigné, la sueur qui dégouline et me pique les yeux , le geste est encore précis mais la douleur dans le creux des reins me fait me relever de plus en plus souvent, et la , appuyé sur le manche de mon outil, je cogite sur l'avenir de cette plantation, car il faudra 3 ou 4 ans avant de cueillir les premieres grappes qui serons destinées à la cuvée LA Métairie pendant quelques années , le temps que les racines s'incrustent dans les marnes du sous sol pour puiser ce qui fait la spécificité de la cuvée COEUR D'ADONIS, et cela nous projette dans 7 ou 8 ans , rapide calcul , dans quel état physique et intellectuel sera ma pauvre "carcasse" et se pose la question de la transmission.

Dans un premier temps , résoudre la réalisation du travail manuel en le confiant à quelqu'un qui comprenne le sens du travail qu'il accomplit et sa finalité et peut étre à force du lui distiller ma passion et mes 30 ans d'expériance, la deuxieme génération se mettra en place et qui sait?
Bon, demain matin , quand au bout d'une paire d'heure , la douleur au creux du dos ne manquera pas de se manifester, je vous promets de poursuire la reflextion !!

Auteur : André Moulière @ 18:55



Production du Domaine
Calendrier
« juillet 2006 »
lunmarmerjeuvensamdim
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31
Langues
  • en
  • fr
  •  
    Liens
     
     
    Propulsion

    Dotclear