English Français

mardi 27 décembre 2005

Un voeu pour l'ann√©e 2006  ::  G√©n√©ral

Comme les fleurs, les affaires refleuriront un jour mais sachons préserver l'essentiel !

Je voudrais pour ce dernier  papier de l'année 2005 transmettre mes voeux à ceux qui ont le courage de lire les états d'âmes ou les coups de gueule d'un petit vigneron languedocien.
N'hésitez pas à faire vos commentaires, attention, je n'ai pas très bon caractère.
Bon voilà que je m'embarque alors que j'ouvrais cette page pour vous souhaiter une bonne année 2006, avec plein de bonnes choses. Mais comme on dit chez nous , surtout la santé, je voudrais formuler un voeu particulier à mes amis(es) vignerons du Gard :
si je dit dans le chapo de cette page que, comme les fleurs, les affaires refleuriront un jour, je crois qu'il faut un peu forcer le destin et  je lance un voeu en forme de défi . !!!!!

Et si pour l'année qui vient, nous étions capables de nous organiser de façon cohérente, sans arriere-pensées individualistes ou partisanes, si nous nous organisions pour présenter nos produits par le biais d'un représentant "multi-domaines" (un V-I-E par exemple),  il y en a marre de ne pouvoir prospecter d'autres horizons car notre métier est de soigner nos vignes et nos raisins, il faut confier cette tache à des spécialistes, des gens qui ont une bonne formation et qui en "veulent".

Vous allez me répondre que les exportateurs sont là pour accomplir cette tache, oui bien sur, si vous en connaissez un qui va prendre le risque de présenter des nouveaux produits vous pouvez le proposer pour "l'attribution des palmes".
NON, je pense que quand on est une petite structure, le coût de la prospection sur des pays éloignés n'est envisageable que de manière organisée pour bénéficier des hypothétiques aides à l'export et pour pouvoir satisfaire aux contraintes liées à l'expédition et  pour proposer des volumes.

Essayons de repenser un nouveau systéme coopératif qui serait la structure juridique de petits vignerons voulant exporter leurs produits.
En cette fin d'année, nous pouvons formuler les voeux les plus fous, si celà marche c'est bien.

Je préfère ce seul voeu : "organisons nous et partons ensembles à la conquête de nouveaux marchés".

Bonne Année à tous et toutes

Auteur : André Moulière @ 19:14

 ,  ,  ,  ,  



mercredi 21 décembre 2005

Tailler n'est pas couper !  ::  Les 4 saisons du vigneron

Y a t il encore une raison d'espérer ?

Le froid glacial de cette fin d'automne et les sarments couverts de givre une bonne partie de la matinée rendent encore plus difficile une des taches essentielles du vigneron : la taille des ceps de vigne.

Ce travail, si on veut l'accomplir correctement, suppose un minimum de réflexion car c'est la qualité de la vendange et la pérennité du cep que l'on taille, qui sont en jeu. Chaque sujet qui compose la population d'une même parcelle est un cas.

La taille en gobelet spécifique au Languedoc est une conduite du vignoble bien adaptée au climat sec et chaud de notre région. En effet, cette taille est encore plus délicate car entre en jeu la formation du cep et son alignement sur le rang avec les autres souches que composent la parcelle.
 
Une belle vigne quinquagénaire bien réguliere et bien alignée le doit à la comp√©tence du vigneron et non aux effets du hasard.
Puissions nous consacrer l'essentiel de notre tache à transmettre ces valeurs fondamentales sur l'amour du travail bien fait et de ses conséquences sur le produit qu'il contribut à élaborer.

Le vigneron dans la froidure matinale, les mains engourdies, craquelées par leurs expositions aux intempéries, ces belles mains épaisses et agiles qui depuis des années caressent les mêmes ceps et les façonnent comme un sculpteur façonne sa statue, ces grosses mains de paysan accomplissent des gestes répétés des milliers de fois à l'instar du violoniste , jamais tout à fait les mêmes.

J'aime ce travail d'anticipation sur la récolte nouvelle, j'aime le bruissement doux de la lame du sécateur qui tranche de façon parfaite le sarment indésirable, j'aime ces moments de solitude relative au milieu des vignes , seul, comme le berger au milieu de son troupeau.

Combien de temps encore ???

Auteur : André Moulière @ 18:06

 ,  ,  ,  ,  



mardi 13 décembre 2005

Contre vents et mar√©es  ::  G√©n√©ral

Rester vigneron pour "sangtifier" le vin !!!!

Les attaques répétées contre la plus hygiénique des boissons et la diabolisation du sang de la terre portent leurs fruits.

Il devient de plus en plus difficile de faire déguster nos produits même si nous expliquons que quelques centilitres de vin ne peuvent prêter à conséquence et que les "oenophiles" sont de plus en plus professionnels et "crachent", les amateurs culpabilisent et ont peur de se faire traiter d'alcooliques à force de voir à la télévision d'éminent docteur et professeur régler leur problème avec l'alcool à travers le vin.
C'est aussi le cas de ce journaliste, ex-ivrogne "qu'il dit", pour vendre son livre est pret à dire n'importe quoi, même à mettre en avant la santé publique, alors qu'il s'en fout complétement, oui, il veut vendre son bouquin!!!

Que faire pour expliquer que depuis la nuit des temps l'homme a besoin de s'octroyer des moments de plaisir, il a besoin avec des amis, avec sa famille, de trouver le lien qui va créer ces moments de convivialité propices à la confidence, à l'ouverture vers l'autre.

Qui mieux qu'un vieux millésime peut créer cette ambiance ?

Ce symbole que les chr√©tiens v√©n√©rent le Dimanche, ce nectar que certains sont pr√™ts √† payer √† prix d'or n'a pas , c'est vrai, une importance vitale dans l'alimentation de l'homme, mais soyons objectifs : on nous parle que l'alcool est responsable de 10% des accidents du travail, soit, mais dans ces 10%, quelle est la proportion des accidents provoqu√©s par l'absorption de vin ???Et les 90% restants ? ils sont d√Ľs √† quoi ?

En se servant du vin pour communiquer contre les méfaits de l'alcool, nos éminents pourfendeurs de la joie de vivre se privent d'un allier qui est utilisé dans d'autre pays pour atténuer les ravages provoqués par l'alcool, car une consommation réguliere de vin de façon raisonnable avec de bon produits, n'engendre pas nécéssairement des populations d'ivrognes.

Méfions nous des personnages qui veulent à tout prix nous rendre parfaits et centenaires en bonne santé, au lieu de s'attaquer aux causes qui engendrent des excès répréhensibles relevant de la pathologie. Aucune mesure n'aura d'effet sur celui qui se "bourre la gueule" à l'eau de cologne, qui se goinfre de gateaux ou de foie gras : même l'eau prise en grande quantité peut être nocive et oui!!! l'eau.

Oui l'excès tue, tous les excès !

Restons vigilants, à force de vouloir nous préserver des dangers de la vie, quelques "gugusses" mal dans leurs baskets, ne font qu'une analyse partielle et ne font apparaitre que le coté négatif de ce qui est leur fond de commerce. A mon avis, ils feraient bien de balayer devant leur porte car je suis sur que tout n'est pas parfait dans leur vie de donneurs de leçons.

Je suggère à ces messieurs de prendre un verre de vin qui leur ouvrira les yeux sur les causes qui provoquent l'alcoolémie, qui leur permettra de faire une rétrospective de ce qui été un vrai fléau il y a cinquante ans, et élargira leur champ de vision sur la vraie misère actuelle et de nous laisser gérer notre vie "d'oenophile" en bon Gaulois

Auteur : André Moulière @ 10:28

 ,  



Production du Domaine
Calendrier
« d√©cembre 2005 »
lunmarmerjeuvensamdim
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031
Langues
  • en
  • fr
  •  
    Liens
     
     
    Propulsion

    Dotclear